Traduction : les nouveaux Business Models (2)

L'écran d'accueil du service de traduction LingtasticVoilà quelques mois, j’avais été alerté au sujet de l’article de TechCrunch annonçant un nouveau service de traduction en ligne. Les nombreux commentaires véhéments d’un côté, le look chargé du site (voir capture ci-jointe) de l’autre m’avaient rapidement convaincu de l’inanité du projet. Malgré tout, il continuait de me tracasser. Du coup, je suis revenu sur le site, et j’ai lu les FAQ pour les traducteurs et les FAQ pour les clients. Le fonctionnement global du système y est très bien décrit. Au final, mon impression est mitigée.

Voilà quelqu’un (qui ne connaît rien à la traduction) qui décide un jour que le modèle classique des agences de traduction et d’interprétation n’est pas intéressant pour les clients, parce qu’il les oblige à payer des frais d’intermédiation extrêmement élevés, alors que le marché est immense, du fait de la mondialisation. Il en déduit que de nombreux clients sont éliminés du marché parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer le prix demandé pour des besoins simples et courts (conversations de quelques minutes au téléphone, traduction de SMS ou d’e-mail). Or, sans doute pourraient-ils payer le prix que les agences rémunèrent les traducteurs (le prix plus 20%, en fait). Et les projets de traduction commandés ne nécessitent peut-être pas tous de faire appel à un traducteur professionnel ; dans certains cas, il suffirait d’employer quelqu’un avec une bonne connaissance d’une langue étrangère.

Ajoutez ce qu’il faut de technologie pour automatiser les échanges et un process spécifique de validation des candidatures de traducteurs, et vous avez, à vrai dire, un service assez tentant, dans lequel on vous échange un paiement d’avance (le client doit alimenter un compte Paypal, qu’il débite ensuite au coup par coup) contre des prix bas et un niveau de qualité prédéfini par le client lui-même. Honnêtement, en tant que client, je serais sans doute intéressé. Car, en fin de compte, la question que pose ce service c’est : à quoi servent les agences de traduction comme Anyword ? Ne sont-elles que des courtiers ? Quel service apportent-elles à leurs clients ? Doivent-elles se réinventer ? Moi qui en ai créé plusieurs, je serais intéressé de recevoir quelques réponses…

Ce contenu a été publié dans Marché de la traduction, Services de traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>